Comment utiliser un pendule ?

 

Pour rappel, le pendule est un récepteur d’ondes. On l’utilise en radiesthésie pour obtenir des réponses à certaines questions. Par exemple, on peut s’en servir pour retrouver un objet perdu, pour choisir la date d’un évènement, pour prendre une décision délicate, etc. Si vous venez d’acquérir un pendule vous vous posez certainement la question de savoir comment l’utiliser au mieux.

Découvrons ensemble comment faire vos premiers pas avec votre nouveau pendule et progresser rapidement.

 

Les bases pour la bonne utilisation de votre pendule

 

Avant de poser des questions au pendule, vous devez vous mettre en condition. L’utilisation du pendule demande aussi de l’entraînement. Pour débuter, on doit donc d’abord s’exercer. De manière générale, pour poser vos questions, vous devez être calme, détendu, concentré et neutre. Ne commencez pas à vous exercer tant que vous ne sentez pas prêt. Prenez le temps qu’il faut, cela peut parfois nécessiter de la patience.

Voici les points à respecter pour une séance de radiesthésie au pendule réussie.

 

Être détendu(e) et concentré(e)

 

Selon l’hypothèse mentaliste, le pendule capte non seulement les ondes environnantes mais aussi celles du cerveau du radiesthésiste. Les sciences ont clairement établi que le cerveau fonctionne sur différentes ondes identifiables. Chacune de ces ondes est associée à un état cognitif.

  • Le rythme alpha se manifeste chez une personne éveillée quant elle ferme les yeux et se détend.
  • Dans un état de tension nerveuse normale, notre cerveau fonctionne majoritairement sur l’onde bêta. Cette onde est le signe d’une activité neuronale liée à l’attention.
  • Lorsque nous traitons des informations complexes, des ondes supérieures à 30 Hz peuvent être mobilisées. Ce sont les ondes gamma, signes d’une conscience active. Les ondes gamma sont liées à la pleine conscience, à l’intuition et à la perception.
  • Les ondes thêta, par contre, sont liées à l’imagination et aux émotions.

Les mesures scientifiques des signaux électriques captent ces changements d’ondes auxquels le pendule serait également sensible.

C’est pourquoi la radiesthésie doit s’opérer dans un état de décontraction physique et mentale. Attention, cela ne veut pas dire de se laisser aller à être trop détendu non plus ! Cela augmenterait l’influence des ondes alpha, qui à taux élevé nous empêchent de nous concentrer.

L’état recherché est donc détendu, mais vigilant et concentré à la fois. Il n’est pas question de sommeiller !

Pour atteindre l’état de concentration et de calme propice à la radiesthésie, il nous faut entraîner cette capacité. Comme en sport ou avec un instrument de musique, on apprend en pratiquant.

Si vous n’êtes franchement pas en forme, physiquement ou mentalement, il est préférable de vous abstenir. Vous devez avoir l’esprit clair et disponible. Ensuite viens le plus difficile : lâcher-prise !

 

Adopter une posture mentale neutre et détachée

 

Le radiesthésiste doit être capable d’agir dans le détachement intérieur par rapport à la question ou à la situation qu’il traite. Ainsi, il faut savoir faire abstraction de sa personne, de ses émotions, de ses pensées ou ses préférences.

L’écueil à éviter est d’influencer le pendule pour lui faire dire ce que l’on à envie d’entendre. Lorsque la subjectivité entre en jeu les informations obtenues sont souvent erronées. C’est pourquoi de nombreux radiesthésistes ne pendulent pas pour eux-mêmes.

L’irruption d’émotions fortes modifie également les ondes en présence. C’est pourquoi la pratique de la radiesthésie est complémentée par une autre pratique qui demande de la maîtrise et de la concentration. Sport, musique douce, ou encore prière et méditation sont d’excellents compléments d’entraînement.

Le détachement intérieur est un élément important dans le bouddhisme et dans plusieurs autres traditions spirituelles. C’est simple, mais exigeant car cela demande une pratique assidue.

Le radiesthésiste cultive une attitude neutre. Il doit être capable d’accepter la réponse apportée par le pendule, quelle qu’elle soit. Ce travail d’acceptation va de pair avec le détachement intérieur. De manière générale, celui ou celle qui s’adresse au divin se doit d’être un canal neutre pour recevoir l’information recherchée.

 

Avoir une position adaptée

 

La posture est très importante lors de l’utilisation du pendule. Plus précisément, il faut trouver une position dans laquelle on se trouve à l’aise, car ainsi on pourra rester concentré pendant de longues minutes. Bien évidemment, cette position devra également permettre de rester immobile pendant un certain temps pour ne pas fausser les mouvements du pendule.

 

Bien tenir son pendule

 

Il en est de même pour la manière de tenir le pendule. Il faut faire en sorte que la position ne génère ni gêne ni fatigue. Il ne faut pas oublier que la séance peut durer des dizaines de minutes voire plus. Si vous portez le pendule à bout de bras, il ne vous faudrait que quelques minutes pour vous fatiguer et vous déconcentrer.

L’idéal est de tenir le pendule entre le pouce et l’index, un peu comme une pince. Il faut tenir le pendule à environ la moitié de son fil, de manière à trouver son centre de gravité. Ainsi, il pourra se balancer plus facilement dès lors qu’il captera les ondes magnétiques. Pour être plus à l’aise, il est recommandé de refermer les trois autres doigts dans la paume de la main, tout en y retenant le reste du fil du pendule. Enfin, vous devez faire pencher votre main en avant, en cassant votre poignet.

Voyons ci-dessous les bases à maîtriser avant de passer un une pratique plus approfondie du pendule.

 

Exercices de prise de contact avec son pendule

 

Si vous débutez, commencez par prendre contact avec votre pendule au travers d’exercices simples. Vous trouverez de nombreux ouvrages qui proposent des exercices détaillés pour vous guider. Voici des exemples de première prise de contact :

 

Entrer en contact et couper le contact avec le pendule

 

Commencez le plus simplement possible. Un exercice de base consiste à apprendre à entrer en contact et couper le contact avec votre pendule. Placez votre pendule au-dessus d’une image de forme géométrique (par exemple une spirale ou un cercle). Entrez en contact et laissez-le entrer en mouvement. Puis mentalement, donnez l’ordre au pendule de s’arrêter. Vous pouvez par exemple penser « stop ». Ne bougez pas votre main ou votre bras. Répétez l’exercice jusqu’à que prise de contact et coupure de contact soient naturelles.

 

L’exercice de la croix

Dessinez une simple croix, ou utilisez un support en croix (dessin, croix en bois). Placez le pendule au dessus du centre pour commencer. Laissez le pendule entrer en oscillation pendant environ une minute à horizontale, puis répétez l’opération à la verticale. Soyez le plus précis possible. Dans cet exercice, vous pouvez ensuite attribuer les sens « oui » et « non » aux oscillations verticales et horizontales selon votre propre convention.

Après avoir fait quelques exercices de prise en main et d’entrée en contact, vous allez établir une convention avec votre pendule.

 

L’image suivante peut vous permettre de mettre en pratique ces 2 exercices

 

La convention avec son pendule : Oui, Non, Je ne sais pas

 

La convention avec votre pendule est un code à établir dès le début. Elle va servir à déterminer les valeurs « OUI », « NON » et « je ne sais pas » aux mouvements du pendule.

C’est une forme de contrat passé entre soi et le pendule. À chaque fois que vous utilisez un nouveau pendule il faut établir cette convention.

Concrètement, lorsque que vous utilisez votre pendule pour la première fois, une fois bien installé(e), demandez lui de vous montrer le OUI. Le pendule se mettra alors à bouger. Il se peut que le mouvement soit très faible, c’est normal au début. Insistez jusqu’à obtenir une réponse franche du pendule. Même chose pour le NON.

Le pendule peut répondre soit par un mouvement giratoire dans le sens des aiguilles d’une montre, soit par le mouvement giratoire inverse, soit par une oscillation longitudinale, soit enfin par l’immobilité. L’immobilité du pendule peut aussi être un signe que la question a mal été formulée.

Pour certains, la réponse est OUI lorsque le pendule tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, et NON dans le sens inverse. Pour d’autres, c’est le contraire.

Vous pourrez ensuite vérifier votre convention par des questions simples pour tester votre pendule : Est-ce que 1 et 1 font 2 ? Est-ce que 2 et 3 font 6 ?

Une fois la prise de contact faite et la convention établie, vous êtes prêt à poser vos questions.

 

Poser une question au pendule

Poser des question claires et précises

 

La formulation des questions est un aspect très important de la radiesthésie. Il est recommandé de formuler des questions simples, claires et logiques. Si votre question est confuse ou complexe, fractionnez-la en plusieurs petites questions. On doit pouvoir répondre par « oui » ou « non » à chacune des questions.

Par exemple si la question est « X est-il parti ce soir avec sa fille ? », on la fractionne ainsi:

  • « X est-il parti ? »(Oui-Non)
  • « ce soir ? » (Oui-Non)
  • « avec sa fille ? » (Oui-Non).

L’idée est d’aller de structurer ses questions sous forme d’entonnoir pour resserrer au fur et à mesure le champ des possibilités.

 

Garder une neutralité mentale dans vos questions

 

La neutralité mentale va jouer un rôle important. Si vous êtes à la recherche de votre père, il est logique que vous souhaitiez voir le pendule vous répondre « OUI » lorsque vous lui demandez si votre père va bien.

Cette subjectivité est très dangereuse car elle peut vous induire en erreur. Et comme toutes les questions sont liées les unes aux autres, il est tout à fait probable que vous ne sachiez même pas quelles réponses étaient vraies et lesquelles étaient biaisées.

Pour pratiquer la radiesthésie au pendule, vous devrez mettre de côté tous vos sentiments.

C’est la raison pour laquelle certains radiesthésistes choisissent de demander à un autre pratiquant d’interroger le pendule pour eux lorsqu’il s’agit de questions sérieuses, de disparitions ou de problèmes majeurs.

 

Mettre par écrit les questions que vous souhaitez poser au pendule

 

Il peut être utile de préparer vos questions à l’écrit lors de vos premiers exercices. De la sorte, vous pouvez vous concentrer pleinement, sans vous soucier de vous souvenir de la formulation. Le support écrit est très utile si vous avez du mal à vous concentrer parce que vous réfléchissez trop.

En écrivant, on fige le verbal une fois pour toutes, pour arrêter notre processus de pensée. On peut ensuite bien se concentrer pour entrer en contact avec le monde des ondes. Le processus verbal peut nous empêcher d’accéder à nos sens plus subtils. Une fois la liste de questions établie par écrit, vous n’avez qu’à suivre votre propre feuille de route, l’esprit libre.

 

Exercices de radiesthésie

 

L’entraînement permet de travailler sa sensibilité aux ondes. Les exerices sont à la radiesthésie ce que les gammes sont à la musique.. Attention à ne pas être trop impatient ! Les exercices pour débutant peuvent paraître simples, mais il est absolument nécessaire de les maîtriser sans fautes avant de s’essayer à des exercices plus difficiles.

Prenez l’habitude de noter vos réussites et vos erreurs lorsque vous ferez des exercices, cela vous permettra de mesurer votre progression et de rester motivé(e) dans votre pratique du pendule !

Si vous obtenez beaucoup d’erreurs, persévérez à refaire les exercices simples jusqu’à que vous fassiez un sans-faute. Le taux de réussite est très personnel. Il dépend partiellement de votre magnétisme, de votre sensibilité, mais aussi de votre capacité à vous concentrer.

 

Les trois verres d’eau

 

Prenez trois verres. Remplissez-en deux d’eau. L’un des verres rempli est votre « témoin. » Placez le pendule au-dessus du verre témoin pour prendre contact avec l’eau. Ensuite placez le pendule au-dessus du verre rempli d’eau et posez la question : « Y-a-t-il de l’eau dans ce verre? » Puis répétez votre question au dessus du verre vide. Le pendule a-t-il bien répondu ?

Lorsque l’exercice est maîtrisé, on peut répéter le protocole à l’aveugle, dans des gobelets opaques, en posant une serviette ou un couvercle sur chaque gobelet. Demandez à une tierce personne de remplir les deux gobelets. Vous ne devez pas savoir lesquels contiennent de l’eau.

Une variante plus difficile consiste à remplir trois verres d’eau. Demandez à une tierce personne de mettre une pincée de sel dans un des verres d’eau et une pincée de sucre dans le deuxième. Recouvrez les verres avec une serviette. Etablissez votre convention avec le pendule pour « sucre », « sel » et « neutre ». Placez le pendule au-dessus de chaque verre. Avez-vous passé ce test ?

La plupart des exercices comme celui des verres d’eau ont des variantes de difficulté croissante.

 

Exercices avec un support

 

Vous pouvez aussi vous exercer avec des supports. Il existe de nombreuses planches de radiesthésie vous permettant de vous exercer (lisez notre article à ce sujet). Pour démarrer, on place toujours le pendule sur le point « zéro » du cadran, à environ un centimètre du support. On pose la question et on laisse le pendule entrer en mouvement.

Avec les planches, le pendule agira par oscillation. Vous pouvez faire l’exercice de la croix avant pour vous re-familiariser avec ce mouvement.

 

Exercices avec témoin : téléradiesthésie

 

Le travail de radiesthésie à distance avec un témoin est un plus difficile et nécessite plus d’expérience. On commence par s’exercer à travailler avec un objet témoin. Le témoin peut être un objet lié à une personne, un lieu ou une situation. L’usage du support photographique demande beaucoup d’entraînement mais vous pouvez essayer. Vous pouvez aussi vous exercer avec le bijou de votre compagne, un caillou de votre jardin, une lettre, une statuette, ou quelque autre objet qui vous relie à la question ou la personne. Utilisez à nouveau des exercices avec des questions dont vous connaissez les réponses avant de vous aventurer dans l’inconnu.

Vous pouvez aussi vous exercer à « construire une image mentale » d’une personne en travaillant avec un témoin photographique. Cette technique est utilisée pour s’entraîner à la recherche de personnes disparues.

 

Le pendule divinatoire est-il fiable ?

 

Comment savoir si vous pouvez faire confiance à votre pendule ? Si vous débutez en géobiologie, vous pouvez faire appel à un radiesthésiste chevronné et comparer vos résultats. Vous aurez aussi le loisir d’observer ses méthodes de travail.

Pour ce qui est des résultats obtenus en divination, ils sont conditionnés par beaucoup d’éléments. Pour avoir des résultats fiables, il est nécessaire de « calibrer » son pendule et de s’entraîner. Il est aussi nécessaire de s’inscrire dans le meilleur environnement possible, et dans le meilleur état intérieur possible. Toutes ces conditions étant respectées, le risque d’erreur est moindre.

Il existe toujours un risque d’erreur lors de l’utilisation d’un pendule. La plupart des erreurs en radiesthésie proviennent des éléments suivants :

  • d’une question mal posée ou trop vague
  • d’un manque de concentration
  • de l’autosuggestion, des transmissions de pensées involontaires, ou de l’imagination du radiesthésiste. De faire dire au pendule ce que vous aimerez qu’il dise. Comme nous l’avons vu plus haut lorsque la subjectivité entre en jeu, les données sont souvent faussées.

Si vous vous adressez à un radiesthésiste très expérimenté, cette marge d’erreur se réduit considérablement, mais elle n’est jamais tout à fait nulle. Lorsque l’on fait appel à un voyant ou un radiesthésiste, il faut accorder sa confiance pour qu’il ou elle puisse travailler. Il est donc conseillé de travailler sur vos doutes avant la séance. Néanmoins, l’analyse des résultats qu’il vous fournira dépend de vous. L’utilisation du pendule vous apporte des éléments de compréhension, et peut vous aider à voir des choses jusque-là imperceptibles.

Malgré cela, quelles que soient les réponses que vous recevez, il convient de toujours bien garder les pieds sur terre, de garder votre libre arbitre ne pas donner trop de pouvoir à votre pendule ni au praticien !

 

 

L’utilisation du pendule s’apprend par la pratique, elle est très personnelle et intuitive. En pratiquant la radiesthésie, vous pratiquez aussi le lâcher-prise.

Utiliser un pendule c’est se mettre de côté un instant pour entrer en contact de façon ouverte et réceptive avec des informations subtiles. C’est aussi apprendre à se mettre en condition et à faire abstraction de ses préoccupations. C’est un travail d’écoute, de patience et d’intuition dont les fruits sont nombreux. Votre rapport avec le pendule se construira tout naturellement, une fois passé le cap de la prise en main et des premiers exercices. Petit conseil : l’habitude de noter votre taux d’erreur pour mesurer vos progrès.

Beaucoup de radiesthésistes s’entraînent seuls, mais vous pouvez aussi entrer en contact avec d’autres personnes qui partagent cet intérêt. Diverses associations proposent conférences et ateliers autour de la radiesthésie. Il pourra être intéressant de parler de votre utilisation du pendule avec d’autres radiesthésistes et d’échanger. Souvent les erreurs de débutants sont les mêmes, et un regard extérieur averti peut nous aider à progresser. Avec un peu de persévérance, vous avez beaucoup de chances d’obtenir assez rapidement des résultats surprenants !

 

 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments