La méditation avec un bol tibétain

 

La méditation, aujourd’hui couramment répandue, est à la fois une pratique très simple et très riche. Cette pratique spirituelle ancestrale parcours de nombreuses cultures et religions. Nous faisons le point dans cet article sur la pratique de la méditation avec bol tibétain.

L’essence de la méditation se définit par l’arrêt, tant sur le plan physique que mental, le calme intérieur, la paix. La pratique régulière permet l’atteinte d’un état de conscience clair, et un meilleur équilibre mental et émotionnel.

 

Les bienfaits de la méditation

 

Bien qu’éminemment spirituelle, la méditation a trouvé sa place dans le monde moderne (même dans le monde de l’entreprise).

En effet il est scientifiquement reconnu que ses bienfaits sont multiples pour réduire le stress, se retrouver, et être bien dans sa peau. Les neurosciences en particulier se sont intéressées à la méditation, alors qu’elle se popularisait aux Etats-Unis et en Europe.

Ces recherches scientifiques continuent aujourd’hui car nous n’avons pas encore trouvé tous les bienfaits de la méditation. Intégré à nos modes de vie occidentaux, ce moment pour soi nous permet de retourner à nos activités avec un œil neuf, plus de tranquillité et donc plus d’efficacité au travail.

Loin du samadhi des maîtres de l’Himalaya, entrée dans la conscience pure obtenue à force de pratique journalière rigoureuse et la transmission des maîtres, la méditation telle qu’elle a été importée dans nos sociétés nous permet plus simplement de faire une coupure avec le flux des pensées qui traversent nos vies et occupent nos esprits.

Cette coupure apporte une prise de distance avec sa vie et donc une meilleure capacité à faire face aux évènements, de mieux réguler nos pensées et aux émotions.

Pratiquée avec régularité, éventuellement avec le soutien de guides expérimentés, la méditation permet de se mettre face à soi-même, et remplit ainsi une fonction psychologique. Les bols tibétains peuvent grandement aider dans la pratique de la méditation.

 

Méditation et bols tibétains

 

Il existe tant de façons de méditer, en silence, dans l’immobilité, en musique, en mouvement, en respirant de façon naturelle ou guidée. Quelle que soit votre préférence pour méditer, ou la tradition que vous avez adoptée, l’expérience méditative sonore accompagnée des bols tibétains est une pratique spirituelle et thérapeutique unique.

Et pour cause, l’utilisation des bols tibétains et des harmoniques provoquent chez nous des émotions, des changements d’états de conscience, des réactions physiques parfois.

En effet, le son et les vibrations des bols tibétains agissent sur le corps et l’esprit comme nous l’avons vu dans l’article sur les massages et thérapies avec les bols chantants.

En science nous savons que les fréquences que l’on ne peut pas entendre (ultra et infra ) ont aussi un effet sur nous, bien qu’invisible et inaudible. C’est de ces effets qu’il s’agit en musicothérapie et en thérapie par les sons.

L’outil thérapeutique sur lequel repose l’usage des bols tibétains est l’influence des fréquences sur le corps et le mental. L’idée du corps énergétique est au centre de la pratique thérapeutique par les fréquences vibratoires. Le son est une source d’énergie qui altère l’environnement électromagnétique.

Le corps a une fréquence, et les harmoniques générées par les bols chantants tibétains interfèrent avec ces fréquences corporelles et énergétiques. C’est une idée en majeur partie endossée par les sciences, et parfois étendue à des domaines de l’ordre de la mystique ou des croyances en fonction des écoles de pratique.

Là où tout le monde s’accorde, c’est que le son est un puissant outil à intégrer dans la thérapie, et dans notre vie de tous les jours pour notre bien-être. Ainsi la méditation, pratique clef de la spiritualité, peut être enrichie, guidée et soutenue par le son.

La méditation peut se pratiquer de façon très sobre tout en intégrant des outils bien choisi pour la guider. Les bols tibétains sont un accessoire de choix pour guider votre méditation.

 

Méditer avec les bols chantants tibétains : une invitation à la pratique

 

Voici quelques éléments pour le bon déroulement d’une séance de méditation avec un bol tibétain.

 

Le choix du lieu de méditation

 

Choisissez un lieu confortable, calme, propre et clair pour votre séance. Aménagez l’espace avec soin pour qu’il soit propice à la détente.

Vous pouvez aussi intégrer un cristal, de l’encens, ou tout élément qui concourt à créer votre espace sacré, au sein duquel vous pouvez lâcher-prise, et vous mettre à l’écoute.

Déterminez éventuellement le temps que vous pouvez vous octroyer si vous avez un mode de vie très chargé.

 

La posture de méditation

 

Asseyez vous en tailleur de façon confortable en alignant votre dos, et respirez profondément. Vous pouvez commencer par expirer profondément trois fois pour laisser derrière vous toute charge émotionnelle ou mentale autant que faire ce peut.

Prenez le temps de trouver votre posture.

La plupart d’entre nous ne s’assoiront pas en lotus complet pour commencer et cela est normal. Adoptez la posture en tailleur qui vous convient le mieux, en alignant votre dos.

En théorie, la posture du lotus permet d’avoir cinq points d’ancrage, deux sous chaque ischion, en contact avec le sol sous vos fesses, deux sous les genoux, et un cinquième point ‘invisible’ au centre du corps au niveau du périnée.

Ne vous inquiétez pas, rares sont les personnes qui atteignent cette posture sans une pratique du yoga. Vous pouvez néanmoins visualiser ces points d’ancrage, et observer quels sont vos points de contact avec le sol.

Depuis cette base fermement établie en cinq points s’alignent les vertèbres de la colonne vertébrale. La tête est droite, le menton est légèrement rentré. Il se peut que des sensations d’inconfort apparaissent.

Gardez la posture en dépit de ces sensation, à moins qu’une douleur réelle n’apparaisse. Dans ce cas, vous pouvez bouger pour réajuster votre posture. Certaines douleurs peuvent être tenaces, si c’est le cas, ne forcez pas, surtout si vous débutez.

 

L’ouverture de l’espace de méditation avec votre bol tibétain

 

Une fois que vous avez trouvé votre posture, il est bon de marquer l’ouverture de l’espace de méditation par un son.  Vous pouvez par exemple frapper le bol tibétain et laisser résonner le son pour ouvrir l’espace. (Lire notre article Comment faire chanter un bol tibétain pour plus d’information)

Une fois cet espace ouvert, restez immobiles et respirez calmement.

La respiration est un élément central en méditation. Pour couper de notre rythme respiratoire quotidien, nous allons nous concentrer et exercer un contrôle sur notre respiration. Nous pouvons adopter la respiration ventrale, en gonflant le ventre comme un ballon à l’inspiration et en vidant le ballon à l’expiration.

On porte son attention sur le mouvement du nombril, en cet unique point et l’on maintient la respiration, l’attention ainsi que la posture.

 

L’entrée en état méditatif

 

La méditation cherche le vide, le rien. Pourtant pendant la méditation, des pensées, des images ou des sensations peuvent apparaître. Laissez-les passer, avec équanimité. On peut choisir d’avoir recours aux bols lorsque l’on sent que sa concentration laisse à désirer.

Le son nous ramène au moment présent, nous aide à nous recentrer. On porte alors notre attention sur un point unique, ou fixe, une des techniques les plus anciennes et les plus fondamentales de la méditation.

Traditionnellement, les moines pratiquaient la « concentration en un seul point » à l’aide de la flamme d’une bougie qu’ils fixaient sans relâche.

Vous pouvez porter votre attention sur le son du bol tibétain, et développer votre écoute.

Soyez attentifs à ce qui ce passe en vous, physiquement, émotionnellement et mentalement, sans laisser ces sensations prendre le dessus. On les observe et on les laisse passer, comme le son émis par le bol tibétain.

On peut également se concentrer en faisant tourner le bâton autour du bol chantant en maintenant le contact et le son de façon continue le plus longtemps possible. Cet exercice permet de nous concentrer plus facilement sans nous laisser distraire par les stimuli extérieurs. Le son nous soutient dans notre concentration. Il nous permet aussi d’apprécier par contraste le silence.

La première note qu’émet le bol tibétain est une note d’ancrage, et l’harmonique qui survient ensuite va elle être propice à l’élévation.

Si l’on souhaite travailler sur un point douloureux ou difficile avec les bols on peut rapprocher le bol de la zone du corps concernée et exercer un mouvement circulaire dans le sens des aiguilles d’une montre pour apporter de l’énergie, ou dans le sens inverse pour faire sortir des énergies accumulées. Le son émis par les bols aide à rééquilibrer le corps énergétique, restaure une circulation fluide des énergies et permet de se recentrer. C’est donc un travail de rééquilibrage subtil qui s’opère.

 

On peut aussi guider la méditation de façon structurée et pratiquer la concentration en un seul point sur chaque chakra tout en maintenant la posture et la respiration. Pour chaque chakra, faites résonner un son. Si vous n’avez qu’un bol, cela peut être le même son, si néanmoins vous possédez plusieurs bols, travaillez alors du son le plus grave au plus aigu.

On réalise alors un alignement complet des chakras, dont nous parlons un peu plus dans l’article Bols Tibétains et Chakras.

Pour finir votre séance et clore votre espace, frappez à nouveau le bol tibétain et écoutez le son jusqu’à qu’il disparaisse complètement.

 

Prenez le temps d’observer votre état physique, mental et émotionnel avant et après votre méditation avec bol tibétain. A-t-il changé par rapport au début de la séance ? Nous espérons que ces éléments vous aideront à trouver la voix d’une belle méditation avec les bols tibétains.