Découverte de la pratique de massage tibétain ou de thérapie pratiquée avec bols tibétains

 
Qu’est-ce qu’une séance de thérapie par les sons avec les bols tibétains ? Comment se déroule un massage pratiqué avec bol tibétain ?
Cette pratique de sonothérapie, nouvelles pour les occidentaux, repose sur des traditions spirituelles ancestrales venants d’Asie. Elle se sert des fréquences sonores pour créer un état de relaxation guidée.

L’effet et l’efficacité des massages par les bols tibétains pourrait vous surprendre !

 

Pourquoi faire une séance de thérapie par les sons avec des bols tibétains?

 
La thérapie par les sons avec des bols tibétains est un moyen simple et complètement sûr pour accéder à la détente. La détente et le lâcher-prise permettent généralement au patient de prendre conscience de signaux physiques et émotionnels. Ces derniers permettent parfois d’accéder à des compréhensions psychologiques.

Cette thérapie peut donc apporter bien plus que de la détente. Cela dépend bien sûr beaucoup du praticien et du rapport entre le patient et ce dernier. Il est généralement reconnu que le stress joue un rôle majeur dans la gestion d’un grand nombre de pathologies.

L’accès à un état de sérénité et de détente est donc une clef thérapeutique qui peut être complémentaire de beaucoup d’autres approches. Une séance de thérapie par les sons est donc potentiellement pour tous.
 

Les effets d’un soin sonore avec les bols tibétains

 

Fréquences et thérapies par les sons avec les bols tibétains

 
Le premier effet évident d’une session de thérapie ou de massage avec les bols tibétains est une détente profonde. Cette détente conduit le patient à un état proche de la méditation ou du demi-sommeil.

Scientifiquement, ce changement d’état correspond au passage de notre cerveau des ondes bêta, liées à l’activité, aux ondes alpha, liées à la relaxation et la méditation.

Il a été observé que les deux hémisphères du cerveau produisent de plus en plus d’ondes alpha et thêta (qui correspondent à un état de relaxation éveillé) lorsque nous entrons dans un état méditatif.

De nombreux praticiens parlent d’un rééquilibrage des hémisphères du cerveau, qui permet de littéralement se ‘recentrer’.
Ainsi le soin par les bols tibétains amène le patient à l’état méditatif et à la relaxation. Il peut se laisser porter par le son, utilisé consciemment par un thérapeute qualifié. Les bols peuvent aussi être utilisés en soin pratiqué sur soi.

Lors d’un soin, le patient est allongé, habillé, et le thérapeute va faire résonner les bols autour du corps, et dans certains cas mettre les bols en contact avec certains points clefs du corps. Les bols sont mis en vibration à l’aide d’un maillet. La succession de fréquences est choisie pour accompagner à la relaxation.

La thérapie par les sons a été utilisée avec succès sur de nombreux troubles liés au stress et à la fatigue, comme l’anxiété ou l’insomnie.

Mais au-delà d’une simple relaxation, le thérapeute peut choisir d’employer certaines fréquences pour cibler certains organes. L’idée est qu’un organe malade ne suit pas son rythme naturel.

Les fréquences émisent par le bol tibétain permettent au corps de redécouvrir ses propres fréquences harmoniques. Faire vibrer les bols au dessus du corps ou en contact avec le corps va permettre à l’organe malade de retrouver sa fréquence vibratoire naturelle.

L’une des spécificité des bols chantants sont les harmoniques qu’ils produisent. Chaque bol a un ton prédominant et des harmoniques (ou plus précisément en acoustique des « partiels »).

Lorsque l’on frappe le bol, on obtient une première note puis survient une deuxième note, qui est entrée en résonance avec la première. La forme et la structure du bol déterminent les harmoniques obtenues. Nous connaissons ces harmonique qui se retrouvent dans le chant diphonique par exemple. C’est un art complexe de savoir les combiner, et il existe bien des façons de le faire.

Le son peut être obtenu en frappant le bol d’un maillet, comme pour un gong, ou en tournant le maillet sur le bord du bol. Le bout du maillet est parfois enroulé dans du cuir, du feutre ou du caoutchouc.
Les harmoniques permettent de faire circuler l’énergie dans le corps physique et dans le corps énergétique.
 

Bol tibétain et chakras

 
En thérapie énergétique, les bols sont utilisés pour rééquilibrer les chakras, en fonction de leurs correspondances traditionnelles liées aux métaux. On trouve des bols fait à partir de cinq, sept ou parfois neuf métaux.

Les sept principaux métaux qui composent les bols tibétains sont souvent mis en correspondance avec les sept chakras, sept couleurs, sept planètes associées et une série de fréquences.

Les bols tibétains et les chakras 
Voici un exemple d’associations entre les fréquences émisent par les bols tibétains et les chakras avec leur  fréquence associées :

  • 1er chakra (Muladhara – chakra de la base) : plomb – Saturne – Rouge – fréquence associée : 256 Hz
  • 2ème chakra (Svadhisthana – chakra du hara ou chakra sacré) : Fer – Mars – Orange – fréquence associée : 288 Hz
  • 3ème chakra (Manipura – plexus solaire) : Etain – Jupiter – Jaune – fréquence associée : 320 Hz<
  • 4ème chakra (Anahata – chakra du coeur) : Or – Soleil – Vert – fréquence associée : 341 Hz
  • 5ème chakra (Vishuddha – chakra de la gorge) : Cuivre – Vénus – Bleu – fréquence associée : 384 Hz
  • 6ème chakra (Ajna – troisième œil) : Argent – Lune – Indigo – fréquence associée : 448 Hz
  • 7ème chakra (Sahasrara – chakra couronne) : Mercure – Mercure – Violet – fréquence associée : 480 Hz

 
Les fréquences sont données ici à titre d’exemple uniquement et il existe de multiples autres tableaux de correspondances basés sur différentes pratiques. De manière générale, les bols anciens étaient accordés sur la base de la fréquence 432 Hz plutôt que la fréquence de 440 Hz, qui est la base de la musique occidentale.
La fréquence 432 Hz est tenue par de nombreuses traditions comme étant celle de la nature elle-même, aidant ainsi le patient à retrouver sa connexion à la terre et à l’univers

Les bols peuvent être déplacés au dessus d’un chakra, ou d’un point douloureux, dans le sens de l’aiguille d’une montre pour apporter l’énergie, ou dans le sens inverse de l’aiguille d’une montre pour faire sortir des énergies ou des émotions accumulées.

 

La qualité du son dépend du bol. Les bols sont traditionnellement fait à la main à partir d’un alliage et travaillés au marteau. Le processus de fabrication du bol détermine la qualité du son émis et la richesse des harmoniques.

Aujourd’hui beaucoup de bols sont produits de façon industrielle en Chine. Ces derniers ne sont évidemment pas de la même qualité. Certains bols ont servi dans des temples et sont ainsi chargés d’histoire rituelle. Ces bols sont plus rares et souvent assez onéreux.

 

Thérapies par les sons avec bol tibétain

 

Utilisation ancestrale des bols tibétains

 
Les bols Tibétains ont été utilisés à des fins religieuses et spirituelles depuis plus de 2000 ans avant JC. Hors le Tibet, leur usage s’étend à toute l’Asie, majoritairement en Inde, au Népal, en Chine, et au Japon.

Il existe de multiples pratiques thérapeutiques et chamaniques qui reposent toutes sur la même base : le pouvoir des fréquences sonores sur le corps et l’esprit. Dans toutes ces traditions, il n’existe pas de séparation entre la pratique spirituelle et la thérapie ou la médecine.
A l’origine, en dehors des temples, l’utilisation des bols faisaient partie d’une pratique chamanique qui n’avait pas sa place dans le bouddhisme établi.

L’usage chamanique ancestral utilisait les bols tibétains pour explorer l’inconscient au travers de l’ état de méditation et atteindre des visions au travers de l’état de transe. Cette dimension est plus ou moins présente dans le soin en fonction du thérapeute et de ses orientations. On dit que les tibétains déplaçaient littéralement des montagnes par leur seule maîtrise des sons. 
 

Bol chantant tibétain et thérapies modernes

 
L’occident découvre ces pratiques en même temps que le bouddhisme et la méditation. Les effets procurés par les sons des bols chantant sont étudiés dans le contexte de la thérapie par les sons (sonothérapie) ou de la musicothérapie occidentales.

Des écoles américaines, allemandes et internationales s’intéressent alors aux bases scientifiques et musicales de la thérapie par les sons et par les bols tibétains en particulier.

Des approches scientifiques comme la cymatique, puis les sciences cognitives permettent d’explorer ces phénomènes jusqu’alors mystérieux. L’outillage moderne permet de mesurer les effets des sons sur le cerveau et le corps.

Des études scientifiques qui s’appuient sur l’ EEG (électroencéphalographie), la tomographie ou encore l’imagerie à résonance magnétique, s’intéressent à ces phénomènes et confirment l’efficacité de ces pratiques, aujourd’hui largement documentées.

À ces découvertes scientifiques s’ajoute la compréhension du corps énergétique, ou biofield, développée par les médecines alternatives. Les thérapies énergétiques, à mi chemin entre ésotérisme et médecine, sont très répandue aux Etats-Unis. Elles intègrent souvent la thérapie par les sons.

La thérapie énergétique est aujourd’hui plus répandue en Europe aussi, notamment au travers du Reiki.
Parallèlement, la musique new-age intègre les bols tibétains et leurs harmoniques dans les années 80, pour leur effet de détente.

 

 

L’Occident s’approprie les bols tibétains et différentes écoles de thérapie par les sons voient le jour. Ce nouvel usage thérapeutique des bols tibétains semble répondre à un besoin de nos sociétés modernes qui vont à cent à l’heure. En effet, la tranquillité et la sérénité de l’esprit, qui manquent cruellement à nos civilisations, se révèlent avoir de puissants effets thérapeutiques. L’idée selon laquelle notre santé est profondément liée à notre capacité d’atteindre la sérénité, est profondément ancrée dans les pratiques ancestrales
 
 
Une séance de massage ou de méditation avec bols tibétains laisse le patient profondément détendu. Comme après une séance d’ostéopathie ou de sophrologie, il est recommandé de prendre le temps de se reposer ou de dormir ensuite. Certains effets peuvent se faire ressentir plusieurs heures plus tard. Quoi qu’il en soit il s’agit d’une expérience à vivre et à ressentir pour soi. Vous êtes donc invités à vous y essayer !