Encens Oliban

L’encens d’Oliban : Une résine ancestrale

La dénomination “Encens” évoque de nos jours toutes les herbes et résines utilisées en fumigation à des buts spirituels, malgré cette confusion, son nom désigne avant tout la gomme-résine d’encens d’oliban. Cet encens peut être inhalé, absorbé par la peau, infusé dans un thé ou en complément alimentaire.

Nous allons dans un premier temps comprendre son usage à travers l’histoire puis ses bienfaits reconnus par différentes cultures.

L’encens d’oliban au berceau de l’humanité

L’encens Oliban est une résine ou gomme qui est extraite par incision sur l’écorce de l’arbuste Boswellia. En effet, il est récolté après avoir ruisselé et séché sur l’arbre. On répète la collecte deux ou trois fois par an sur le même arbuste.

Le Boswellia est une plante originaire d’Ethiopie. Il s’est acclimaté aujourd’hui dans plusieurs pays d’Afrique, plus largement au Moyen-Orient et en Inde. Cet arbuste fait partie de la grande famille des Burséracées. Ils sont pour la plupart des arbustes à résines, dont on retrouve la précieuse Myrrhe et le Copal.

Le Boswellia produit des résines aromatiques dont l’encens Oliban

Le Boswellia comporte plus d’une vingtaine d’espèces dont on extrait leurs résines. Par ailleurs, la résine la plus exploitée depuis l’Antiquité est celle du Boswellia Carterii appelée aussi Boswellia Sacra.

Une autre variété est le Boswellia Serrata utilisée en Inde pour des rites religieux. Enfin, le Boswellia Frereana dont l’usage de sa résine provenant du Moyen Orient est connu en tant que gomme à mâcher pour l’hygiène bucco-dentaire.

Arbuste de l'encens oliban

L’Encens d’oliban : une résine sacrée et ancestrale

L’Encens en égyptien s’écrit avec le hiéroglyphe [sonter] ou [s-ntr] qui signifie Dieu ou Domaine Divin. Par la suite il devient en latin “incensum” signifiant “ce qui est brûlé”.

Le mot Oliban est quant à lui issu de l’arabe “al-luban” traduisant le lait.

On appelle couramment ce dernier “Frankincense” dans la culture anglo-saxonne car sa traduction en vieux français est l’encens des Francs. Cette résine serait en effet arrivée en Europe au temps des croisades par les croisés francs, des chevaliers chrétiens.

Un Encens présent depuis la nuit des temps

On retrouve l’utilisation de la gomme-résine d’oliban il y a plus de 6000 ans avant J.C, lors de l’apparition des premières grandes civilisations en Mésopotamie et en Égypte. C’est ainsi que de nombreux baumes qui servaient à la momification des Égyptiens étaient à base d’encens.

L’utilisation de l’encens oliban était sacrée. On la brûlait plus particulièrement dans les temples pour communiquer avec les divinités. Elle s’utilisait également afin de colmater les fissures de pots pour les rendre étanches.

Encens Oliban, pratique et vertus spirituelles

L’Encens Oliban, une résine à la fois médicinale et spirituelle

Quelles qu’en soient les civilisations ou les époques de par son odeur boisée, épicée, camphrée, l’encens d’oliban reste une base de parfum pour le corps mais aussi pour son intérieur.

Connu depuis des millénaires, il est utilisé avant tout en fumigation pour les rites spirituels ou religieux.

L’utilisation de l’encens Oliban dans les différentes cultures

Les cultures anciennes du Moyen Orient ont laissé des écrits sur les pratiques rituelles de l’encens d’oliban et son usage en médecine, en particulier pour la cicatrisation des plaies profondes.

La médecine grecque recommandait l’encens oliban pour fortifier l’estomac affaibli, lutter contre les mucosités, réchauffer le foie et baisser la fièvre.

L’encens Oliban dans la culture arabique

En médecine arabe, il est prescrit contre la diarrhée et les vomissements, les ulcères de l’œil et la toux. Il est également prescrit en fumigation contre la peste et en masticatoire pour les affections des gencives et des dents.

La médecine asiatique et l’encens oliban

En Asie, que ce soit en médecine ayurvédique, chinoise et tibétaine, l’encens est utilisé pour les problèmes articulaires et les problèmes nerveux comme le stress, l’anxiété, la dépression et l’insomnie.

Les fumigations avec l’encens oliban

Les fumigations des rituels chrétiens sont souvent un mélange de Myrrhe, de Benjoin et d’Oliban. Ils sont brûlés sur du charbon ardent dans un encensoir.

Son utilisation est très ancienne, connue pour ses vertus purifiantes pour chasser les entités négatives mais aussi en tant que résine curative.

Une résine ancestrale qui a encore de beaux jours devant elle

L’oliban est souvent une base des mélanges d’encens car il a des vertus d’amplificateur d’énergie, en plus d’être sacré. L’omniprésence de cette résine dans toutes les cultures, en particuliers dans les rites sacrés, ne semble pas anodine.

Les bienfaits de l’encens oliban connus dans différentes cultures

De nos jours, sous forme d’huile essentielle ou en fumigation, la résine du Boswellia Carteri est connue pour ses propriétés. Ainsi, l’encens oliban désinfecte l’atmosphère, décongestionne les voies respiratoires, est immunostimulant, antalgique, tonifiant, astringent et cicatrise la peau. En huile essentielle, cette résine s’applique de plus en plus notamment en soin palliatif pour apaiser le corps et l’esprit.

De nombreux laboratoires de nos jours s’intéressent à cette résine sous base de gélules, ou en huile essentielle afin de soigner la dépression et en tant que puissant anti-inflammatoire.

N’hésitez pas à consulter l’article “les vertus spirituelles et énergétiques de l’Encens Oliban”.

Article rédigé par Claire Guibert,
Énergéticienne & Créatrice d’objet vibratoire.

4.73/5 (90 Reviews)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.